NOS PRESTATIONS - VMS-OEV.CH FR

de fr it
Organe d'annonce confidentielle du transport public
Aller au contenu
Ce que nous promettons
  • Nous ne transmettons pas à l'entreprise concernée des informations confidentielles sur les cas annoncés et traités par VMS sans l'accord explicite des informateurs.
  • Nous ne divulguons pas à des tiers des informations confidentielles sur VMS, sur leurs clients, leurs informateurs et leurs partenaires.
  • Si le cas en question est un événement qui devrait être annoncé à l’unité d’enquête de sécurité Rail SESE et à l’OFT, VMS demande à l'informateur de tenir compte de cette situation de manière responsable.
  • Le VMS est composé de plusieurs personnes, mais est représenté par une personne dans l’entreprise ferroviaire concernée. Les collaborateurs de VMS s'informent mutuellement, le cas échéant, des cas en cours et assurent la confidentialité des informations reçues.
  • Le traitement des dossiers se fait selon l'approche HFACS HFACS-Ansatz (Human Factor Analysis Classification System), qui est également utilisée avec succès dans d'autres branches ou dans le cadre de l'enquête sur les accidents.
  • Dans le cadre des règles de confidentialité susmentionnées, nous communiquons de manière transparente, honnête et compréhensible, tout en respectant les besoins de nos informateurs, de nos clients et de nos partenaires.
  • Sur demande, nous ne communiquons avec le public et les médias que sur le sens et le but de l‘organe d'annonce confidentielle du transport public.
  • Nous traitons les données et les informations des clients, des informateurs et des partenaires avec grand soin et confidentialité. Le traitement des données se fait exclusivement dans le cadre des dispositions légales.

Comment nous travaillons
Le VMS fonctionne selon l'approche HFACS systémique (Human Factor Analysis Classification System). Il part du principe que les erreurs que l'on peut s'attendre à voir dans les meilleures organisations sont davantage les conséquences que les causes. L'origine de cette situation doit également être recherchée dans le système de l'entreprise resp. de l'organisation.
La séquence d'un incident débute donc généralement dans des processus organisationnels (décisions en matière de planification, de conception, de communication, de régulation) puis est transmise au poste de travail par différentes voies organisationnelles. Les conditions préalables aux erreurs ne dépendent donc pas seulement d'un acte individuel, mais peuvent également résider dans l'organisation, les structures et les processus.

L'analyse systématique des erreurs est une norme, en particulier dans les industries à haut risque, par exemple dans l'industrie aérospatiale, l'aviation commerciale et la navigation, le secteur de l'énergie, mais aussi dans les hôpitaux. Le traitement systématique des événements critiques et des erreurs permet de détecter des lacunes de sécurité dans l'ensemble du système. Il est donc possible d'apprendre de ses propres erreurs et des erreurs des autres, lorsque l'accent n'est pas mis sur la question de la culpabilité d'un individu, mais sur la compréhension de ce qui a conduit à l'erreur ou à l'erreur fatale.
 
Ce principe a été découvert par un ingénieur américain en 1931 : un accident entraînant de graves dommages est en principe précédé d'une série d'incidents de toute nature qui n'ont donné lieu qu'à des blessures ou à des dommages légers, voire inexistants. Dans la gestion des risques et dans l'analyse des risques, ce procédé est aussi connu sous le nom de modèle Swiss Cheese.
 
Pour tirer les leçons des erreurs, il faut admettre que les erreurs sont humaines et que, par conséquent, l'échec des individus dans certaines situations ne pourra jamais être totalement évité. L'examen et l'analyse approfondis d'un événement ont pour objectif de rendre compte : Tirer les leçons des erreurs pour améliorer continuellement la sécurité dans une entreprise. Cela fonctionne lorsqu'on développe une culture de gestion des événements indésirables qui ne se concentre pas sur la recherche d'un bouc émissaire. Les accusations d'erreurs involontaires empêchent un effet d'apprentissage et entravent un processus d'apprentissage positif.
 
La culture du traitement des erreurs ne consiste pas à chercher "qui est responsable ?" mais "pourquoi l'événement s'est-il produit ?" et permet ainsi de créer un climat de confiance. La découverte d'erreurs doit être considérée comme un avertissement, tout en mettant en évidence des possibilités importantes d'amélioration/de prévention.

Pour améliorer la sécurité, il peut donc être plus utile de se concentrer sur les données des quasi-accidents que sur les données d'un accident particulier. Plus on dispose d’informations sur les incidents mineurs à la base du modèle de l’iceberg, plus il est possible de détecter et de mettre en œuvre des mesures prophylactiques pour éviter les accidents.
Vertrauliche Meldestelle öffentlicher Verkehr
Untere Limbergstrasse 1, 4461 Böckten, Suisse
+41 79 223 13 14

Copyright © 2023 Vertrauliche Meldestelle öffentlicher Verkehr – Tous droits réservès.
Retourner au contenu